Lettre d'une inconnue

Durant une heure et demie, Laétitia nous embarque avec elle pour nous raconter la vie d’une femme  amoureuse à l’extrême depuis l’adolescence, depuis un regard, un simple regard…

 

D’un romantisme absolu l’œuvre de Stefen Zweig est ici servie à merveille.

 

La comédienne occupe, à elle seule toute la scène, avec une folle énergie. Tantôt narratrice, quand sa plume rouge caresse le papier, tantôt alternant danse et confidence, l’amour, la colère et la douleur  berçant ses souvenirs.

 

Du premier émoi d’une adolescente de 13 ans, au dernier cri d’une mère qui vient de perdre son enfant, qu’elle est triste et difficile cette vie d’attente, l’attente d’être reconnue par l’être aimé.

 

Laétitia incarne complétement son personnage, elle en est totalement habité et lui donne vie, ne s’épargnant aucune douleur. On sent qu’elle le respire par tous les pores de la peau ; elle ne joue pas, elle ne surjoue pas, elle le vit.

 

Au talent de l’interprète, juste, posé, énergique s’ajoute une mise en scène remarquable. Le décor est habillement découpé par un rideau transparent pour mieux déterminer l’espace et service l’intimité. On se repère ainsi vite en fonction des places que la comédienne occupe sur scène, et en fonction des accessoires qui représentent les personnages invisibles.

 

Les lumières habillent le tout joliment, les scènes  sont ponctuées de belles images, de pluies de plumes ou de roses, ont est bercé habilement par une belle voix d’homme qui répond en écho au narrateur.

 

Du Théâtre, beau tout simplement que l’on reçoit en plein cœur.

 

On assiste à une performance d’acteur dont on sort bouleversé.

 

Sans nul doute dans la sélection de Passion Théâtre pour Avignon 2018.

 

VUE à La Folie Théâtre à Paris le 02 avril 2018

 

 

 

 

photos billet reduc