L'arbre d'Hipollène


Adapté le livre « l’Arbre sans fin » de Claude Ponti, était un projet très ambitieux et il est réussi. Dés le premier tableau, c’est comme si l’on rentrait dans un livre Pop-up, on se sent dans un univers magique, poétique et imaginaire. On sent que tout va s’animer et on a hâte de tourner les pages.

L’histoire, c’est celle d’une petite créature mi fillette mi- écureuil qui vit avec sa famille dans un arbre qui n’a pas de début ni de fin. Un jour alors qu’elle part avec son père, écarteur de pluie, à la chasse aux gousses, il se met à pleuvoir… Ou serait-ce l’arbre qui pleure le décès de la grand-mère d’hipollène.

« Elle est là, et il n’y a plus personne dedans. » et c’est le début du parcours initiatique de l’enfant, vers la résilience, affronter ses peurs et accepter la mort de l’être cher à travers des aventures.

Au fils des pages et des tableaux, elle rencontrera un monstre dévoreur d’enfants perdus, des portes qui cherchent la sortie, des miroirs qui se promènent en réfléchissant, etc. jusqu’au moment ou elle rencontrera loupiote qui deviendra son amie.

Déjantés, décalés, loufoques, drôles tous ces personnages à grand renfort de poésie, de chants lyriques et d’acrobaties, utilisent un vocabulaire parfois inventé mais toujours compréhensif. Ils jonglent avec des graines de gousse aussi bien qu’avec les mots.

Le choix des musiques est parfait et l’écriture, riche en jeux de mots et clin d’œil permet une lecture à double niveau pour enfants et parents.

Décors magnifiques, costumes originaux, et superbe mise en scène.

Deux petits regrets malgré tout, si on ne connait pas l’univers de Ponti on s’interroge un peu sur pourquoi ces canards, et dommage que le décor initial de l’arbre ne revienne pas à la fin mais je comprends la difficulté vu le gigantisme des décors.

Je recommande vivant ce spectacle pour enfant.

Vu à Paris au théâtre du Gymnase, le 23 février 2022, Agnès Guéry pour Passion Théâtre